INVEEST : Relance verte de l’industrie – quels enseignements et quelles perspectives pour le plan de relance ?

  • Actualités du projetX

9 mars 2021

Le 27 janvier dernier, INVEEST était partenaire, avec l’ADEME, d’un webinaire organisé par Entreprises pour l’Environnement (EpE), l’Afep et le MEDEF.

L’enjeu du webinaire, animé par David Laurent de l’EpE et Apolline Abauzit du programme INVEEST, était de faire le point sur le dispositif France Relance, de comprendre quels étaient les premiers enseignements mais aussi quelles perspectives s’offraient toujours aux industriels.

En effet, pour l’industrie, où l’énergie est l’un des 3 premiers postes de coûts, la transition énergétique est un enjeu de compétitivité et de résilience. Pourtant, les investissements en cette matière restent faibles, alors qu’il serait possible de réaliser jusqu’à “20% d’économies d’énergie et que les deux tiers de ces économies peuvent être atteintes par des investissements éprouvés” selon Noémie Papon, formatrice du programme INVEEST.

Dans le contexte économique fragile, Jean-Baptiste Baroni du MEDEF et Nicolas Boquet de l’Afep ont insisté sur l’importance de la transition énergétique “comme un moyen de tracer des perspectives” avec un besoin renforcé de rester “une structure apprenante et fabricante afin de transformer les idées en réalisations effectives, avec l’investissement comme nerf de la guerre.”

Ces remarques faisaient écho à l’étude « Construire une relance durable » publiée par EpE et le BCG en juillet dernier, qui soulignait l’inquiétude de certaines entreprises de voir ralentir leur transition environnementale face à l’urgence d’une réponse sociale.

Face à ces constats se posaient plusieurs questions :

  • Comment allier relance économique de l’industrie et transition énergétique ?
  • Quelles opportunités offre le plan de relance pour 2021 ?
  • Quels autres leviers financiers activer pour débloquer la mise en œuvre de projets ambitieux ?

Pour Tristan Hubé, ingénieur Energie au Service Industrie de l’ADEME, le bilan de France Relance est d’ores et déjà positif. Sur le fond d’1,2 milliard d’euros réservé à la décarbonation de l’industrie, 62 millions ont déjà été distribués. Au cours du webinaire, il a pu évoquer le renforcement du dispositif avec une seconde session d’appel à projet au deuxième semestre 2021, la création d’un guichet ASP avec une liste précise de technologies matures éligibles aux aides afin de dynamiser les démarches pour les projets demandant un CAPEX inférieur à 3 millions d’euros, et des appels à projet de soutien à la chaleur bas-carbone pour des aides à l’investissement et au fonctionnement.

En réaction à ces annonces, Noémie Papon a pu réaffirmer le principe moteur d’INVEEST : accélérer la transition énergétique des entreprises tout en les aidant à préserver leur capacité d’endettement. 

 « L’aide est une première étape mais ne suffit pas pour aller au bout du projet” a souligné Noémie Papon avant d’évoquer l’ensemble des solutions de financement alternatifs que présente le programme.

Notre formatrice a aussi rappelé l’importance de bien comprendre les projets afin d’être capable de bien les évaluer aussi bien financièrement qu’en termes de risques. Enfin elle a rappelé, appuyée par les témoignages de Christine Delamarre du Crédit Agricole et de Lucile Kolter-Charbonnier d’Isover qui ont toutes deux suivies le programme, l’importance d’acculturer les entreprises aux sujets d’efficacité énergétique.

“Aujourd’hui nous pouvons mettre en avant nos économies d’énergie, d’émissions de co2, de prélèvement matière, de déchets valorisables. Cela nous fait avancer sur la façon de choisir nos Capex en interne mais aussi sur notre façon d’aborder nos dossiers de financements.” déclarait Lucile Kotler-Charbonnier en fin d’entretien.

L’intégralité du webinaire est disponible ici :

Nous tenons à saluer nos partenaires, l’EpE, l’Afep, le MEDEF ainsi que l’ADEME pour ces riches échanges.


La formation INVEEST est à découvrir ici.

Retrouvez nos publications
en lien avec cet article

  • Un industriel Plans de transition sectoriels
    L'ADEME publie le Rapport final du Plan de transition sectoriel de l'industrie cimentière en France 28 janvier 2022

    Pour répondre à l'objectif de la 𝗦𝘁𝗿𝗮𝘁é𝗴𝗶𝗲 𝗡𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻𝗮𝗹𝗲 𝗕𝗮𝘀 𝗖𝗮𝗿𝗯𝗼𝗻𝗲 (SNBC) qui vise une réduction de -81% des émissions de gaz à effet de serre en 2050 (par rapport à 2015) pour l'ensemble de l'industrie française, le Service Industrie de l’ADEME élabore des 𝗣𝗹𝗮𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗧𝗿𝗮𝗻𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗦𝗲𝗰𝘁𝗼𝗿𝗶𝗲𝗹𝘀 (PTS) qui modélisent et analysent des trajectoires de décarbonation possibles pour les neufs secteurs les plus energo-intensifs, dont l’industrie cimentière. Télécharger le fichier

  • Un industriel Industrie bas-carbone Plans de transition sectoriels
    L'ADEME publie la synthèse du plan de transition sectoriel de l'industrie cimentière en France 23 novembre 2021

    Pour répondre à l'objectif de la Stratégie Nationale Bas Carbone (#SNBC) qui vise une réduction de -81% des émissions de gaz à effet de serre en 2050 (par rapport à 2015) pour l'ensemble de l'#industrie française, le Service Industrie de l’#ADEME élabore des Plans de Transition Sectoriels (PTS) qui modélisent et analysent des trajectoires de #décarbonation possibles pour les neufs secteurs les plus energo-intensifs, dont l’industrie #cimentière. A travers une démarche de co construction avec les acteurs de la filière, il ressort que les défis technologiques et économiques pour la décarbonation du secteur du #ciment à hauteur de -81%, sont importants. Avec sa vision à 360°, le PTS explore également les aspects indissociables de la transition : évolution de marchés, coûts, financement et emplois. Télécharger le fichier